Bouddhisme

Agenda

Rencontres

- Séance mensuelle de questions/réponses

- Réunions mensuelles de dialogue sur le bouddhisme, partout en Belgique

 

Pour en savoir plus sur les dates et lieux précis des réunions : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chercher

Siddharta Gautama, ou le Bouddha Shakyamuni, le fondateur du bouddhisme, a vécu en Inde il y a environ 2500 ans. C’était un prince de la tribu des Shakya, qui vivait dans le nord de l’Inde.

Constatant les souffrances engendrées par la naissance dans un monde troublé, de la maladie, de la vieillesse et de la mort, bien qu’il fût lui-même jeune et en bonne santé, Shakyamuni prend conscience qu’elles constituent des aspects inéluctables de la vie humaine.

Il renonçe alors à la vie séculière afin de rechercher une solution à ces souffrances fondamentales. Sa vie de prince était comblée de tous les luxes auxquels on puisse aspirer. Cependant, Shakyamuni se souviendra plus tard qu’il n’y avait jamais goûté aucune joie, conscient que de tels plaisirs n’étaient que vanité. Il se met donc en quête d’une véritable philosophie qui éluciderait le sens de la vie pour tous les êtres humains.

tree rootsPendant plusieurs années, il se soumet à des disciplines ascétiques mais réalisant qu’il est impossible de se libérer à travers une telle auto-mortification, il finit par rejeter ces pratiques. Près de la cité de Gaya, il s’assoit sous un figuier et entre en méditation. Là il s'éveille à la vraie nature de la vie et de toutes les choses. C’est en raison de cette illumination qu’il est amené à être appelé Bouddha, ou “L’Eveillé.”

Après son éveil, on dit que Shakyamuni reste un moment sous l’arbre, se réjouissant de s’être libéré mais troublé par la conscience de combien il serait difficile de communiquer ce qu’il avait réalisé à d’autres. Finalement, cependant, il prend la résolution de le faire afin que la voie de la libération des souffrances de la vie et de la mort s’ouvre pour tous.

Il voyagera ensuite partout en Inde pendant près de quarante ans, partageant son éveil, défendant la paix et apprenant à chaque personne comment libérer son potentiel illimité.

Shakyamuni enseigne que chaque être humain est intrinsèquement dotée d’un état de vie pur incarnant parfaitement cette Loi éternelle (appelé également « dharma ») et qu’il s’agit là de la qualité la plus noble et la plus essentielle permettant aux individus de mener une existence digne d’un être humain. Il fait observer que ce sont le dénigrement de soi, l’attachement aux désirs et l’égoïsme destructeur qui empêchent cet état de vie, naturellement pur, de se manifester. Shakyamuni enseigne aux personnes qu'il rencontre comment briser de telles illusions afin de s’éveiller au caractère sacré de leur propre vie et d’exprimer pleinement leurs potentialités uniques.

Shakyamuni souligne également que la conscience de la dignité de notre propre vie se traduit par un respect de la dignité et de la valeur de celle d’autrui. Son enseignement est celui de la bienveillance, qui désigne l’esprit et l’action de se préoccuper d’autrui, nés de la conscience que la valeur de l’autre est égale à la nôtre.

Dans son écrit intitulé « Les trois sortes de trésors » Nichiren, qui a étudié assidument les enseignements de Shakyamuni, déclare avec force : « Le but de l’apparition en ce monde du bouddha Shakyamuni, seigneur des enseignements, réside dans son comportement en tant qu’être humain. » (Les écrits de Nichiren, p.859)